No hate. No violence
Races? Only one Human race
United We Stand, Divided We Fall
Radio Islam
Know Your enemy!
No time to waste. Act now!
Tomorrow it will be too late

English

Franç.

Deutsch

Arabic

Sven.

Español

Portug.

Italian

Russ.

Bulg.

Croat.

Czech

Dansk

Finn.

Magyar

Neder.

Norsk

Polski

Rom.

Serb.

Slov.

Indon.

Pers.

Türk.

日本語

汉语
Whisky et pistaches

Par Hervé Ryssen

Les juifs, on le sait, sont faibles et innocents, toujours persécutés depuis des lustres sans aucune raison. Ils sont doux comme des agneaux, et ne pensent qu’à oeuvrer pour la paix dans le monde, la paix entre les hommes.

Bon, ça, c’est dans la littérature. Parce que la réalité est parfois un peu différente. Voici un passage intéressant du livre de Michel Warschawski intitulé A Tombeau ouvert, la crise de la société israélienne (La Fabrique, 2003, pages 35, 36). Le texte a été numérisé par http://www.middleeastwatch.net

pleurnich2


“Il faut lire et relire le monologue de Moshé Nissim, publié dans le supplément hebdomadaire du quotidien Yediot Aharonot. Moshé Nissim. que ses compagnons de bataillon appellent “nounours kurde”, a conduit pendant 72 heures d’affilée l’immense bulldozer D-9 qui a détruit tout le centre du camp de réfugiés de Jénine :

“Difficile ? Vous voulez rire. Je voulais tout raser. Lorsque les officiers me donnaient l’ordre de détruire une maison, j’en profitais pour en détruire plusieurs autres. . . Croyez-moi, on n’en a pas détruit assez. Pendant trois jours j’ai rasé, rasé. Toute la place. Je mettais à bas chaque maison d’où on tirait. Pour les mettre à bas, il fallait en détruire chaque fois plusieurs autres. Les soldats avertissaient avec un haut-parleur les habitants pour qu’ils quittent la maison avant que j’intervienne. Mais je n’ai laissé à personne la chance de sortir. Je n’attendais pas… Je donnais à la maisons un coup très fort pour qu’elle s’écroule le plus rapidement possible. D’autres ont peut-être été moins radicaux, ou du moins c’est ce qu’ils disent. Ne croyez pas leurs histoires… Il y avait beaucoup de gens dans les maisons quand on a commencé à les détruire… Je n’ai pas vu de maison tomber sur des gens vivants, mais si tel a été le cas, je m’en fiche. Je suis certain que des gens sont morts dans ces maisons, mais c’était difficile à voir, car il y avait des tonnes de poussière et on a beaucoup travaillé la nuit. J’avais du plaisir à voir les maisons s’écrouler, parce que je sais qu’ils [les Palestiniens] se moquent de la mort, mais la destruction d’une maison leur fait plus mal.

Juifshass


S’il y a quelque chose qui me fait mal à moi, c’est qu’on n’a pas détruit tout le camp… J’ai eu une grande satisfaction, un vrai plaisir. Je n’arrivais pas à m’arrêter. Je voulais continuer à travailler tout le temps, sans arrêt… Après la fin des combats, on a reçu l’ordre de sortir le D-9, l’armée ne voulait pas que les journalistes et les photographes nous voient à l’oeuvre… Je me suis battu contre eux [les officiers] pour qu’ils me laissent continuer à détruire. J’ai eu un grand plaisir à Jénine. Des tonnes de plaisir. C’était comme si j’avais concentré tous ces dix-huit ans où je n’ai rien fait [à l’armée] en trois jours. Les soldats sont venus me voir et m’ont dit : ‘‘Merci le Kurde merci’’ . Comment Nissim a-t-il tenu trois jours ? ” Vous savez comment j’ai tenu 75 heures d’affilée ? Je ne suis pas descendu du D-9 . Je n’avais aucun problème de fatigue, parce que je n’ai pas arrêté de boire du whisky… J’en avais pris dans mon sac. Tout le monde avait pris des vêtements, mais moi je savais ce qui nous attendait. J’ai pris du whisky et des pistaches. Jénine m’a aidé à oublier mes soucis…”

Quels genres de soucis, Moshé. Avec ton papa ?







Archive Hervé Ryssen :

- Les visions cauchemardesques d'Elie Wiesel (suite) - Des juifs au Pérou
- Histoire juive - 1000 pichenettes pour Alain Jakubowicz
- Cocaïne : la mafia juive en première ligne - Anatole France. Le Procurateur de Judée
- Cette stupide fascination pour les juifs - Les négligences de Gilbert Collard
- Edward Bernays et la manipulation de l'opinion publique - Romain Rolland et les juifs
- Whisky et pistaches - Edgar Degas antisémite

Collections des vidéos de Hervé Ryssen   
- La Mafia juive                                                    - La théorie du complot. Antisémitisme et conspirationnisme
- La Séfarade Connection                                     - Le judaïsme, unification mondiale, domination mondiale
- Islam et Occident, le choc des civilisations ?       - Les juifs, le communisme et la révolution russe
- Les juifs, l’inceste et l’hystérie                            - Satan à Hollywood

En anglais :

- Israel and the White Slave Trade - Judaism is a Political Project
- Psychopathology of Judaism - The Religious Origins of Globalism
- The Jewish Mafia - The Eschatologic War


"Si j'étais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C'est normal; nous avons pris leur pays. [...] Ils ne voient qu'une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?"

- David Ben-Gourion, premier ministre israélien, cité par Nahum Goldmann dans "Le Paradoxe Juif", page 121.


Palestine banner
Viva Palestina!

Dernières éditions

200 citations sur les juifs

Le plan sioniste contre le monde arabe

L'idéalisme de Radio Islam
Interview avec Ahmed Rami publié par Pravda.

Photos  


The Founding Myths of Modern Israel
Shahak: "Histoire juive"


Milices juives - Quinze ans de terrorisme
Par Robert Faurisson

L'Holocauste au scanner
Par Jürgen Graf

Archive Robert Faurisson

Mein Kampf
Par Adolf Hitler

Une Vie pour la liberté
Révélations d´Ahmed Rami / livre autobiographique.

Le CRIF un lobby au coeur de la république   

"Les Juifs [...] étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur."

- Charles de Gaulle, conférence de presse du président de la République, 27 novembre 1967.

Down with Zio-Apartheid
Stop Jewish Apartheid!