No hate. No violence
Races? Only one Human race
United We Stand, Divided We Fall
Radio Islam
Know Your enemy!
No time to waste. Act now!
Tomorrow it will be too late

English

Franç.

Deutsch

Arabic

Sven.

Español

Portug.

Italian

Russ.

Bulg.

Croat.

Czech

Dansk

Finn.

Magyar

Neder.

Norsk

Polski

Rom.

Serb.

Slov.

Indon.

Pers.

Türk.

日本語

汉语
HOMMAGES A ROBERT FAURISSON

NDLR (Gayssoteries) :

Nous partageons dans cette nouvelle rubrique une sélection d’hommages au Professeur Faurisson, décédé le 21 octobre 2018. Ils sont de toutes natures et de toutes sortes de sensibilités. Leur publication ici ne signifie pas que nous partagions la même vision de Robert Faurisson mais il nous semble utile et normal de publier les mots de ceux qui ont aimé et respecté l’homme.

Cette rubrique sera régulièrement alimentée. Tout personne qui souhaiterait nous communiquer un hommage peut nous contacter ici : [email protected]

HOMMAGE DE MAITRE DAMIEN VIGUIER (Avocat de Robert Faurisson) :

Dimanche 21 octobre 2018 au soir s’est éteint Robert Faurisson, l’un des plus éminents représentants de l’École du Révisionnisme historique. Si l’existence des chambres à gaz homicides nazies a été remise en question tant chez les historiens que dans le grand public, c’est avant tout du fait de ses travaux qui lui ont valu une réputation internationale.

Les réflexions de Robert Faurisson sur les accusations portées contre le IIIe Reich remontent à la fin de la guerre. C’est en 1960 que ses recherches se sont orientées vers la question du génocide des juifs, son plan, ses moyens (les chambres à gaz), ses résultats. Robert Faurisson a ainsi fréquenté quatorze années durant le Centre de documentation juive contemporaine, à Paris, analysant des milliers de documents. Il a personnellement interrogé des témoins. Il a mené des enquêtes de terrain, visitant à plusieurs reprises Auschwitz, Birkenau et d’autres camps. Sur le point particulier de la chambre à gaz homicide d’Auschwitz, il en a découvert les plans le 19 mars 1976, sur lesquels elles figurent en tant que morgues (Leichenkammer). En France et à l’étranger il a interrogé chimistes et ingénieurs afin de mener à bien une expertise quant aux moyens et techniques d’une extermination de masse par les gaz. Robert Faurisson a conclu de ses travaux à l’absence de preuve de l’existence de chambres à gaz homicides, et même à leur impossibilité aussi bien aux plans technique, physique, chimique que physiologique.

Robert Faurisson a exposés ces résultats devant la communauté scientifique. L’historien américain Raul Hilberg, « pape » de l’école historique exterminationniste, a, sur ce point comme sur d’autres, rendu hommage à son confrère Robert Faurisson : « Je dirai que, d’une certaine manière, Faurisson et d’autres, sans l’avoir voulu, nous ont rendu service. Ils ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d’engager les historiens dans de nouvelles recherches. Ils ont obligé à rassembler davantage d’informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s’est passé » (Propos recueillis par Guy Sitbon, Le Nouvel Observateur, 3-9 juillet 1982, p. 71.). Il est bien certain que la science historique n’aurait pas avancé d’un iota si l’on avait suivi depuis la guerre l’opinion exprimée par trente-quatre historiens-carriéristes dans une tribune signée collectivement et publiée en 1979 par Le Monde. Ils déclaraient qu’« il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu. Tel est le point de départ obligé de toute enquête historique sur ce sujet. Cette vérité, il nous appartenait de la rappeler simplement : il n’y a pas, il ne peut y avoir de débat sur l’existence des chambres à gaz » (Philippe Ariès et al., « La politique nazie d’extermination : une déclaration d’historiens », Le Monde, 21 février 1979, page 23).

En France, dans la foulée de l’esprit meurtrier de l’Épuration, les premières tentatives de répression judiciaire furent orchestrées pour réprimer toute critique historique des faits de la Seconde Guerre mondiale, cette critique émanerait-elle d’intellectuels reconnus (Maurice Bardèche) ou de témoins directs de la déportation et des camps (Paul Rassinier). On eut alors recours à tout l’arsenal juridique disponible de la répression : injure, diffamation, apologie de meurtre, provocation et même la responsabilité civile. La répression judiciaire dirigée contre Robert Faurisson remonte à 1979, alors qu’il était déjà reconnu dans le domaine du révisionnisme littéraire. Cette répression s’est accompagnée d’une invraisemblable campagne de calomnies, de persécutions administratives, d’ostracisme et même d’agressions physiques graves et répétées tandis que leurs auteurs étaient applaudis. Ces idées ont valu à Robert Faurisson de subir dix agressions physiques (deux à Lyon, deux à Vichy, quatre à Paris, deux à Stockholm) sans qu’aucun de ses agresseurs ait été inquiété. Par ailleurs, il a subi six descentes de police (police criminelle et brigade anti-criminalité) et un nombre incroyable de procès.

Pourtant, la Cour d’appel de Paris, dans un remarquable arrêt du 26 avril 1983, après avoir rappelé la jurisprudence en la matière (« les Tribunaux ne sont ni compétents ni qualifiés pour porter un jugement sur la valeur des travaux historiques que les chercheurs soumettent au public et pour trancher les controverses ou les contestations que ces mêmes travaux manquent rarement de susciter »), devait constater que « les accusations de légèreté formulées contre (Robert Faurisson) manquent de pertinence et ne sont pas suffisamment établies », énoncer qu’« il n’est pas davantage permis d’affirmer, eu égard à la nature des études auxquelles il s’est livré, qu’il a écarté les témoignages par légèreté ou négligence, ou délibérément choisi de les ignorer ; qu’en outre, personne ne peut en l’état le convaincre de mensonge lorsqu’il énumère les multiples documents qu’il affirme avoir étudiés et les organismes auprès desquels il aurait enquêté pendant plus de quatorze ans » et en déduire « que la valeur des conclusions défendues par M. Faurisson (sur l’existence des chambres à gaz, c’est-à-dire leur inexistence) relève donc de la seule appréciation des experts, des historiens et du public » (onzième Considérant de l’arrêt). Sans doute était-ce une victoire du révisionnisme sur le terrain judiciaire, aussi lorsqu’en 1987, Jean-Marie Le Pen osa déclarer au sujet des chambres à gaz, « qu’il y a des historiens qui débattent de ces questions », c’en fut trop. L’adoption de la loi du 13 juillet 1990 s’ensuivit, dont on attendait et on obtint qu’elle condamnât toute remise en cause, même allusive, des faits pour lesquels l’Allemagne et toute l’Europe des vaincus avaient été condamnées.

Le Professeur disait souvent que toute guerre est une boucherie. Sans aucun doute, et c’est précisément depuis le XIe siècle que les nations de la Chrétienté latine se sont efforcées de pacifier les conflits qui les opposaient. Et à l’âge classique, du XVIe au XIXe siècle, elles étaient parvenues, au moins entre elles, à limiter la guerre dans l’espace et dans le temps : un Traité de paix et une amnistie concluaient le conflit. S’ensuivait un pardon réciproque et l’interdiction de remuer les cendres du passé. L’étude de l’histoire a donc toujours été une entreprise périlleuse. Mais la situation des historiens s’est aggravée depuis la Seconde Guerre mondiale qui a vu la résurgence de l’idéologie de la guerre pour cause juste. En retournant la perspective cette idéologie supprime les limites quant aux moyens et ne connaît d’autres fins que l’anéantissement de l’ennemi. C’est ainsi que le second conflit mondial, précédé et accompagné d’un déluge d’accusations pénales, s’est prolongé à l’occasion de procès à grand spectacle où les vainqueurs se plaisaient à juger les vaincus. Le plus fameux est celui dit « de Nuremberg » suivi jusqu’à nos jours en France par ceux de Touvier, Barbie, Bousquet ou Papon, ou en Allemagne encore tout récemment par celui de Gröning. Quant aux historiens, leur situation est devenue peu enviable : à l’ancienne obligation de silence s’est substitué le devoir de cultiver la haine de l’ennemi vaincu. Entre obéir au décret inique d’un Créon mortel ou respecter les lois éternelles des dieux, Robert Faurisson a tracé pour nous la voie du Juste.

Damien Viguier
Avocat

PS. J’ai rencontré pour la première fois Robert Faurisson le 26 décembre 2008, le soir de sa prestation au Zénith de Paris en compagnie de Dieudonné. Il nous disait ne pas trouver d’avocat qui acceptât de le défendre. J’étais alors élève-avocat à l’École de formation du Barreau de Paris et je lui fis la promesse d’accepter de le défendre. Je prêtai serment en décembre 2010 et Robert Faurisson fit appel à moi une première fois en 2012 et à nouveau en décembre 2015. C’est ainsi qu’il m’a fait l’honneur de me confier sa défense durant les trois dernières années de son existence. Chaque fin de mois je faisais avec lui le point sur ses procès : Un homme, procès terminé ; MétaTV, Téhéran, et Le Monde, pendants devant la cour de cassation ; Rivarol, dans l’attente de l’ordonnance de règlement du juge d’instruction ; Le Struthof, sentence en délibéré devant le tribunal de Cusset.

 


HOMMAGE DE GEORGES THEIL :

Nous venons de perdre un homme d’une immense stature, à vrai dire un
bienfaiteur de l’humanité.
De petits esprits, des gobeurs professionnels, des ignorants si nombreux, la cohorte des pervers haineux aussi, vont me dire : « Holà ! Comme vous y allez ! Votre professeur Faurisson n’était rien d’autre qu’un faussaire comme disait Badinter ! N’a-t-il pas été condamné de ce chef ? » En effet, comme Galilée, Michel Servet et autres Giordano
Bruno…

Faurisson a eu très tôt l’intuition qu’il y avait une arnaque au cœur du récit officiel de la seconde guerre mondiale, à vilifier injustement le vaincu de ce conflit ; une présentation calquée sur le verdict du procès de Nuremberg de 1946, monument d’iniquité où le vainqueur veut légaliser la mise à mort de ses ennemis vaincus ; dès après la guerre des gens tels que l’ancien résistant et déporté Rassinier commençaient à mettre en doute l’existence de machines à tuer industriellement des détenus des camps de concentration allemands ; celui-ci fait prisonnier et interné pour faits de résistance, trimballé de camp en camp entre 1942 et 1945 avait observé la vie dans ces structures d’enfermement, leur gouvernance interne, leurs installations en matière d’hygiène…

Il n’avait jamais remarqué d’installations de mise à mort collective, et avant son décès il avait demandé à Robert Faurisson, déjà intéressé par le sujet, jeune professeur, de poursuivre ces mêmes recherches.

Notre jeune agrégé avait senti très tôt l’importance capitale de la lutte contre les imposteurs propagandistes d’un imaginaire génocide (démenti d’emblée par la documentation concernant les camps eux-mêmes, le Service international de recherches d’Arolsen – sous contrôle allié… et le nombre des prétendus rescapés allocataires de pensions diverses).

Quant à moi, j’avais été comme bouleversé par les pages que le quotidien « Le Monde » avait consacrées en1979 au « problème des chambres à gaz » où Faurisson argumentait brillamment, en véritable juge d’instruction, sur une gravissime accusation contre le Reich allemand, celle d’avoir mis au point des machines de mort par asphyxie de millions d’êtres humains présentés comme ennemis existentiels.

Pierre Guillaume, admirateur et actif soutien du professeur à l’époque, vers la fin des années 80, m’incita à contacter le professeur à son domicile de Vichy ; je devais l’y rencontrer quelques jours plus tard : après de longs moments d’écoute de son discours précis et documenté, avec présentation des arguments pro et contra, j’en sortis émerveillé et comme transformé. Il me confia le soin de rechercher dans un premier
temps à la Bibliothèque nationale et aux Archives nationales principalement, une série de documents de toute nature. Il était ainsi fortement demandeur d’éditions de souvenirs de déportés rédigés juste à leur retour des camps ; il avait remarqué que certains de ceux-ci avaient ensuite réécrit ces mêmes souvenirs en y ajoutant à présent… des chambres à gaz, dont ils n’avaient pas fait mention dans la première édition… Phénomène ahurissant montrant à l’évidence comment le bobard avait subjugué nos concitoyens, au point que ceux-ci en étaient et en sont encore « en attente de chambres à gaz ».

Une première manifestation de cette aberration psychologique m’apparut peu après lors d’un congrès à Paris de l’Union des Athées auquel le professeur Faurisson avait été invité pour une brève intervention. J’avais pu me faufiler dans l’assistance comme simple auditeur. Faurisson arriva, sourire légèrement ironique aux lèvres… et d’emblée
lança à l’auditoire : « Mesdames et messieurs, je suis flatté et heureux de vous parler. Je vais commencer par vous poser une question essentielle. Vous ne croyez ni à Dieu ni à Diable, n’est-ce pas ? Fort bien… Mais alors, pourquoi croyez-vous donc aux chambres à gaz ? »  Des cris, un brouhaha, des « honte à vous ! » s’élevèrent, Faurisson quitta l’estrade pour venir au plus près du public ; un voisin de moi, l’air furieux se précipita alors sur le Professeur en brandissant une canne-épée qu’il dirigea violemment en direction du visage de Faurisson ; j’avais eu le temps de bondir sur l’énergumène et au dernier moment de dévier le coup et tirant violemment le bras de l’agresseur et évitant ainsi d’estropier gravement le Professeur, qui me remercia d’un large sourire. Je n’en demandais pas plus.

Robert Faurisson nous a ouvert les yeux ; et surtout il a été d’un courage indomptable tout au long de son existence. Le révisionnisme de la seconde guerre mondiale est aussi par le fait même une formidable mise en accusation de la caste qui a pris le pouvoir dès après la seconde guerre mondiale, pour mettre en place une exploitation financière et une terreur psychologique ; on comprend certes que les vainqueurs de Dresde, Katyn, Hiroshima, crimes contre l’humanité bien réels et documentés, aient un besoin absolu d’imputer des crimes encore plus grands à leur ennemi vaincu : celui d’avoir mis à mort 6 millions d’innocents, que dis-je, six millions d’élus autoproclamés ! Alors Faurisson, l’indomptable, mort au champ d’honneur, nous a délivré un message libérateur et c’est pour cela qu’il prend rang avec les bienfaiteurs de l’humanité. Pas moins.

Sans remonter très loin, j’ai une particulière admiration pour deux personnages que je tiens pour bienfaiteurs de l’humanité : Louis Pasteur et Alfred Nobel. Observez ce miracle : il y a du Pasteur et du Nobel dans Faurisson.
Comme Pasteur nous a laissé le vaccin contre la rage, Faurisson nous a légué aussi un médicament souverain contre la rage, non pas la rage transmise par des loups ou des chiens enragés, mais « la rage de croire » comme il aimait le dire, « cette rage de croire qui s’attrape comme la gale ». Et avec la différence que cette rage de croire nous a été
inoculée par nos exploiteurs, avec interdiction de tout diagnostic.Comme Alfred Nobel, Faurisson a mis au point une nouvelle et formidable dynamite, qui peut tout aussi bien être dévastatrice par sa puissance déchaînée, que précieuse pour les travaux publics. Le révisionnisme est bien une dynamite, qui dévaste les « chercheurs holocaustiques », les «
historiens » et écrivains de cour, les histrions de « chambres gaz ».

Avec ces moyens nous allons pouvoir apaiser le monde et remettre d’abord
sur ses pieds notre Europe, car figurez-vous qu’il n’y a pas d’Europe possible sans victoire du révisionnisme ; comme le Professeur me le confia un jour : « Vous ne vous imaginez même pas encore le nombre de problèmes géopolitiques et psychologiques que résoudra facilement la victoire du révisionnisme ».

Gloire au Professeur Robert Faurisson, bienfaiteur de l’humanité !


 

HOMMAGE DE GILAD ATZMON :

L’histoire des idées nous fournit les noms de ces quelques hommes et femmes qui ont défié les limites de la tolérance. Le Professeur Robert Faurisson était l’un de ces hommes.
Faurisson, décédé dimanche dernier à l’âge de 89 ans, était un universitaire français qui ne croyait pas à la validité de certaines parties du récit de l’Holocauste. Il a affirmé que les chambres à gaz d’Auschwitz constituaient le « plus grand mensonge du XXe siècle » et a soutenu que les juifs déportés étaient morts de maladie et de malnutrition. Faurisson a également mis en doute l’authenticité du journal d’Anne Frank, plusieurs années avant que la fondation suisse qui détient le droit d’auteur du célèbre journal « n’ait alerté les éditeurs que son père (Otto Frank) était non seulement le rédacteur, mais également le coauteur du célèbre livre » (NY Times).
Dans la France des années 1960-1970, le Professeur Robert Faurisson avait des raisons de croire que son attitude anti-conformiste sur les questions du passé lui permettrait de recevoir un blanc-seing casher. Il s’est trompé. Faurisson n’a peut-être pas compris le rôle de l’Holocauste dans la politique et la culture juives contemporaines. Et il n’a pas compris que le pouvoir juif représente littéralement le pouvoir de faire taire l’opposition au pouvoir juif.

En 1990, la France a transformé le révisionnisme de l’Holocauste en un crime négationniste. Le Professeur Robert Faurisson a été, de manière répétée, poursuivi, battu et condamné à des amendes pour ses écrits. Il a été licencié de son poste universitaire à l’Université de Lyon en 1991.Je suis préoccupé par les raisons pour lesquelles les juifs et ceux qui sont affiliés à leur politique cherchent désespérément à restreindre l’histoire de leur passé. Cette question va bien au-delà de ce qui touche à l’Holocauste. Israël a promulgué une loi interdisant toute discussion sur la Nakba – le nettoyage ethnique du peuple palestinien à caractère raciste commis à peine trois ans après la libération d’Auschwitz. De manière similaire, explorer le rôle des juifs dans le commerce des esclaves vous coûtera votre travail ou bien mènera à votre expulsion du parti travailliste. Ma tentative d’analyser la véritable nature de la Brigade internationale de langue yiddish, au cours de la guerre civile espagnole de 1936, a indigné certains de mes amis juifs « progressistes ».
Jean-François Lyotard a abordé cette question. L’histoire a beau prétendre raconter ce qui s’est réellement passé, ce qu’elle fait le plus souvent, en réalité, c’est opérer à dissimuler notre honte. Selon Lyotard, la tâche d’un historien authentique est semblable à celle du psychanalyste. Il s’agit d’enlever les couches de honte, de dissimulation et de répression pour tenter de découvrir la vérité.C’est le travail du Professeur Robert Faurisson qui m’a aidé à définir l’effort historique en termes philosophiques. Je définis l’histoire comme la tentative de raconter le passé à mesure que nous avançons. Traiter véritablement de l’histoire, c’est revisiter et réviser continuellement le passé à la lumière de nos changements culturels, sociaux et idéologiques. Par exemple, la Nakba de 1948 a commencé à être pensée en termes de nettoyage ethnique au début des années 2000, lorsque la notion de « nettoyage ethnique » est entrée dans notre vocabulaire (et dans notre façon de comprendre un conflit) à la suite de la crise au Kosovo. Le véritable historien réévalue le passé et procède à des ajustements qui alignent notre compréhension de ce passé sur notre réalité et notre terminologie contemporaines.

Le Professeur Robert Faurisson et la controverse autour de son travail mettent en lumière la distinction entre l’histoire réelle et la religion. Alors que l’histoire est une matière dynamique sujette à une « révision » constante, l’approche religieuse du passé se limite à la production d’une chronique rigide et immuable des événements. L’histoire authentique fait appel à la pensée éthique pour examiner le passé à la lumière du présent et inversement. L’histoire religieuse agit souvent en niant ou en rejetant une vision éthique croissante – elle juge les actions et les événements en fonction de paramètres prédéfinis. La question en jeu n’est pas de savoir ce qui s’est passé mais d’avoir la liberté de faire des recherches et d’évaluer le passé sans que pèse la menace des lois mémorielles. De manière équivalente, je soutiens les progrès dans la recherche sur le cancer, même si je ne produis pas d’observations académiques sur des découvertes scientifiques connexes.
Je suis en faveur d’un réexamen continuel du passé bien que je n’émette aucun jugement sur la qualité des conclusions historiques. Pour que l’histoire fasse partie d’une quête universelle, valide et éthique, les lois mémorielles doivent être abolies.

https://www.gilad.co.uk/writings/2018/10/23/robert-faurisson-and-the-study-of-the-past


 

HOMMAGE  DE LA PLUME ET L’ENCLUME :

Robert Faurisson, invité à Shepperton, la bourgade exquise où il était né, au bord de la Tamise, a une nouvelle fois rendu fous les menteurs professionnels qui veulent absolument nous enfermer dans leur délire tyrannique.
Recevant des pressions, l’hôtel où se tenait la réunion privée organisée en son honneur déclencha une sirène d’alarme qui retentit pendant une bonne heure et demie. Robert Faurisson était effectivement un incendiaire, et nous avons bien l’intention de propager le feu de la vérité qu’il a semé obstinément, pendant 40 ans de combat acharné. Il aurait eu 90 ans l’année prochaine. Comme par un pressentiment, ses amis anglais n’avaient pas voulu attendre pour lui organiser un hommage, dans sa ville natale. Il y fit honneur et insista, dans son allocution, sur un aspect de son travail d’historien, le côté policier enquêtant sur la scène du crime, et relevant, aussi minimes fussent-ils, les moindres
indices matériels. Oui, il a si bien débusqué les mensonges et les tours de prestidigitation pour les occulter, qu’il nous a fait découvrir un crime colossal, à plusieurs étages : celui qui est résumé dans sa célèbre « phrase de 60 mots », prononcée devant le micro d’Ivan Levaï, la dernière occasion publique qu’il eut de s’exprimer librement, en
1980. C’est toute la vie politique de l’Occident, qui a été pourrie par le cauchemar organisé autour de l’image mentale des chambres à gaz, sortes d’abattoirs humains qui auraient été réservés aux juifs, et auraient été inventés puis mis en service systématiquement par le national socialiste allemand. Un trou noir pour l’intelligence, où on a englouti par la manipulation mentale six millions d’innocents, un chiffre récurrent
aussi symbolique qu’hyperbolique, dans la mythologie juive; par ce tour de magie barbare, on a traumatisé tous les rescapés de la Seconde guerre mondiale d’ascendance juive, et leurs descendants, mais aussi tous les Européens, désormais divisés entre complices de génocide et survivants d’une espèce supérieure « exterminée » et auréolée de sainteté. C’est toute la tradition de rigueur critique de la recherche à l’Université
que l’on a condamnée, au nom de l’Holocauste, une croyance imposée par le viol des consciences, la menace, le chantage et la répression effective, en Occident.

« Faurisson » est un nom de famille qui veut dire orfèvre. Sa tournure d’esprit était effectivement celle d’un orfèvre, infiniment minutieux et exigeant, tout en se voulant artisanal, modeste. Trop modeste pour se vanter d’avoir trouvé la vérité, il disait ne s’attacher qu’à l’exactitude. Mais il est allé si loin dans la précision, qu’il a fait surgir une immense clarté, à partir de la miniaturisation du réel qu’il a ciselée au fil des ans. Styliste parfait, il a concentré comme dans un miroir aveuglant l’essence de la peste qui condamne l’ordre occidental imposé à partir de Nuremberg. Il a fait émerger l’or de la réalité profonde, sous les coulées de boue qu’on veut nous faire ingurgiter.
Après Faurisson, en histoire, le crime parfait n’est plus possible, la falsification, aussi étendue et admise soit-elle, est désormais bancale, on ne peut plus dire n’importe quoi, sous prétexte de bons sentiments qui rapportent. Notre dette envers lui reste entière. L’associaiton Entre la Plume et l’Enclume, pour la défense de la liberté d’expression,
continue à faire fructifier son héritage, avec admiration et respect.

http://plumenclume.org/blog/393-le-grand-robert-entre-dans-la-grande-histoire


 

HOMMAGE DU PROFESSEUR ARTHUR BUTZ :

A l’occasion du 75e anniversaire du Professeur Robert Faurisson, en
2004, j’ai écrit un petit article (https://codoh.com/library/document/1643/) décrivant sa carrière révisionniste. Je dois maintenant écrire son éloge funèbre, mais cet article de 2004 peut être considéré comme faisant partie de cet éloge funèbre. Il n’y a rien à retirer, tout en laissant de côté une objection qu’il avait soulevée (message du 5 février 2004 : il avait en fait publié une petite monographie que j’avais omise de citer, à savoir un « Mémoire en défense contre ceux qui s’accusent de falsifier l’Histoire », 1980, avec une préface de Noam Chomsky).
Je dois également noter que, bien que l’unique auteur officiel du livre de 1980 intitulé « Vérité Historique ou Vérité Politique ? » soit Serge Thion, il serait plus juste de considérer Faurisson au moins comme le co-auteur. Cet ouvrage présente l’analyse de Robert du journal d’Anne Frank publié par son père, Otto Frank. Ma préoccupation de toujours, à savoir que son œuvre n’a pas pu être connue et diffusée comme elle aurait dû l’être, n’a hélas pas changé. Il serait toutefois possible de publier un résumé de cette somme, ce qui
serait sans doute mieux que rien, mais Robert, où qu’il se trouve, ne partagerait peut-être pas ce point de vue.
Laissez-moi préciser ma pensée.
Les révisionnistes sont des gens difficiles. De par leurs personnalités, ils sont forcément plutôt individualistes et ils sont le plus souvent les derniers à s’entendre sur quoi que ce soit. En feuilletant un dictionnaire, je me disais qu’il me serait difficile de qualifier Robert de personnalité « consensuelle » : je dirai plutôt qu’il n’était pas fait pour jouer dans les sports d’équipe. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi il est inévitable que les révisionnistes aient un tempérament difficile. Nous devons les prendre comme ils sont. Un révisionniste complaisant ou docile n’est guère plus convaincant qu’un
célibataire marié. Je suis fier de dire que je partage certains de ces traits de caractère
et je me suis vite rendu compte que tout projet commun important avec Robert, tel que la co-rédaction d’un article, était hors de question. Les quelques passes d’arme que nous avons échangées au cours des quarante-deux années de notre relation sont consignées dans de brèves communications privées, mais je connais des cas de camarades sincères
qui renoncèrent à coopérer avec lui après qu’ils furent touchés par les pointes acérées du Professeur. Maintenant qu’il est là où nous irons tous, la publication d’un résumé ou d’une synthèse de son travail, écrite par un révisionniste très compétent, est peut-être possible.
Le décès de Robert bouleversera même indirectement ses ennemis, puisqu’il a connu un sort en France qui serait inconcevable aux Etats-Unis. Tout le monde savait qui était Robert Faurisson (Marine Le Pen a appelé la loi Fabius-Gayssot (1990) « loi Faurisson » – RF mail du 27/02/18), car c’était la poule aux œufs d’or pour les hyènes des médias et les poseurs pseudo-intellectuels. Le 23 août 2012, j’ai écrit à Germar Rudolf et à d’autres personnes au sujet d’un article publié dans « Le Monde » par Ariane Chemin, que Faurisson avait attaqué au tribunal (bien sûr, il a finalement perdu sa cause en juin 2017 et a interjeté appel sans succès en février 2018). J’avais noté « RF est leur poule aux œufs d’or. Ils seraient perdus s’il devait quitter la scène. » J’ai lu un jour le récit d’une réunion officielle à Paris au cours de laquelle chaque orateur a essayé de surpasser les autres au détriment de Robert, ce qui m’a rappelé les « deux minutes de haine » d’Orwell.
J’imaginais aisément l’un de ces orateurs agitant un volume du Grand Larousse (le Dictionnaire en 7 volumes ; l’Encyclopédie en 10 volumes) devant un écran de télévision où l’on aurait vu Robert à cheval, en tête d’une colonne de soldats nazis défilant à Paris sous L’Arc de Triomphe ! En fait, je pouvais encore imaginer que ces orateurs devaient se
bousculer pour en faire de même. Compte tenu de ces considérations, l’article paru dans « Le Monde » du 8 février 2018, concernant l’appel de Faurisson contre Ariane Chemin,
intitulé « La bataille finale de Robert Faurisson, le négationniste de l’Holocauste », précisait que Faurisson avait 89 ans. Je ne pouvais pas m’empêcher d’interpréter cette mention comme exprimant, entre autres, le plaisir et le regret que cette « poule aux œufs d’or » allait s’envoler bientôt. Pour paraphraser un récent président américain récent, ils
n’auront plus Robert Faurisson pour se montrer.
Son départ aura des conséquences à long terme. De nombreux révisionnistes américains considèrent que c’est une perte terrible. La France, où ce qu’il en reste, cessera-t-elle d’exister ? D’un autre côté, il est maintenant possible pour un révisionniste compétent
d’essayer de résumer son travail, mais cette personne doit le savoir. Une voix fâchée peut tomber du Ciel sans prévenir : « Idiot ! Vous n’avez rien compris du tout ! »

https://codoh.com/library/document/6175/?lang=en





Robert Faurisson est mort !    
21 octobre 2018. Réactions de Dieudonné, Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch...

Archive Robert Faurisson

 


"Si j'étais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C'est normal; nous avons pris leur pays. [...] Ils ne voient qu'une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?"

- David Ben-Gourion, premier ministre israélien, cité par Nahum Goldmann dans "Le Paradoxe Juif", page 121.


Palestine banner
Viva Palestina!

Dernières éditions

200 citations sur les juifs

Le plan sioniste contre le monde arabe

L'idéalisme de Radio Islam
Interview avec Ahmed Rami publié par Pravda.

Photos  


The Founding Myths of Modern Israel
Shahak: "Histoire juive"


Milices juives - Quinze ans de terrorisme
Par Robert Faurisson

L'Holocauste au scanner
Par Jürgen Graf

Archive Robert Faurisson

Mein Kampf
Par Adolf Hitler

Une Vie pour la liberté
Révélations d´Ahmed Rami / livre autobiographique.

Le CRIF un lobby au coeur de la république   

"Les Juifs [...] étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur."

- Charles de Gaulle, conférence de presse du président de la République, 27 novembre 1967.

Down with Zio-Apartheid
Stop Jewish Apartheid!